Le diabète, c’est quoi ?

By

Posted in

Définition

Pour faire simple, le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang. En effet, le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage de sucre dans le corps humain. Cette maladie chronique touche aujourd’hui environ 9,3% de la population mondiale, avec une estimation d’augmentation de 53% au cours des 25 prochaines années (selon la Fédération Internationale du Diabète).

Pour vous expliquer un peu plus en détails, tous les aliments que nous mangeons ont un apport nutritionnel, ils sont composés de lipides (graisses), protéines (animales ou végétales) et de glucides (sucres et féculents). Ils aident le corps à fonctionner en lui apportant de l’énergie. Quand nous mangeons, le taux de sucre augmente, c’est essentiellement à ce moment que les glucides sont transformés en glucose. Dans le corps, c’est le pancréas qui identifie l’augmentation de la glycémie puisque ce sont ses cellules bêta qui filtrent l’insuline. L’insuline va permettre au glucose de s’immiscer dans les cellules de l’organisme qui elles, à leur tour, iront se loger dans les muscles, les tissus adipeux et le foie (où le glucose sera transformé et stocké), c’est donc à ce moment-là que le glucose diminue dans le sang. En dehors des repas, le glucagon, une autre hormone, permet de libérer le glucose qui est stocké dans le foie lors d’une baisse d’énergie ou de glycémie. L’équilibre de ses hormones autorise le maintien d’une glycémie stable dans le corps, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on souffre du diabète.

Les différents types de diabètes

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Il faut savoir que lorsque l’on parle du diabète, il y en a plusieurs types. Les deux types principaux sont le type 1 et le type 2. Tout autre type de diabète ne concerne que 2 % des diabétiques en France (MODY, LADA ou diabète secondaire).

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1, aussi connu sous le nom de diabète insulinodépendant (DID) touche environ 10 % des diabétiques en France. Ce type de diabète est généralement détecté chez les jeunes (enfants, adolescents et jeunes adultes).

Ce diabète est le résultat d’une disparition des cellules bêta du pancréas, ce qui entraîne une déficience en insuline. L’organisme ne reconnaît plus les cellules bêta et les détruit en utilisant des anticorps et des lymphocytes (cellules immunitaires fabriquées par l’organisme lui-même). Ceci empêche donc le glucose de pénétrer les cellules dont il a besoin pour se loger dans le corps et le force donc à retourner dans le sang. C’est suite à cela que le taux de glucose (sucre) s’élève dans le sang.

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 lui, aussi connu sous le nom de diabète non-insulinodépendant (DNID), touche environ 90 % des diabétiques en France et apparait plus généralement chez les adultes âgés de plus de 40 ans, hormis quelques exceptions. Contrairement au diabète de type 1 d’où la provenance reste encore incertaine, le diabète de type 2 est souvent dû à une mauvaise alimentation, un manque d’exercice physique, un surpoids et/ou de l’obésité chez les personnes génétiquement prédisposées.

Ce type de diabète peut provenir de deux anomalies différentes : la première étant que le pancréas ne fabrique plus assez d’insuline. Attention, il en fabrique encore, juste pas suffisamment par rapport à la glycémie. Cette anomalie est appelée l’insulinopénie. Pour ce qui en est de la deuxième anomalie, l’insuline produite par le pancréas agit mal, elle s’appelle l’insulinorésistance.

L’insuline a donc beaucoup plus de difficulté à réguler la glycémie ce qui fatigue le pancréas qui lui, à son tour ne produit plus assez d’insuline. Ces deux mécanismes font que le glucose ne pénètre pas dans les cellules du corps et reste dans la circulation sanguine.

Comment le diagnostiquer

  • Les symptômes du diabète de type 1

Les symptômes que provoque le diabète de type 1 sont : des urines abondantes et fréquentes, une sensation de soif anormale, un amaigrissement malgré un appétit stable, de la fatigue, des troubles de la vision, des douleurs abdominales et des infections. L’apparition de ces symptômes peut être brutale et rapide, un dépistage est donc fortement conseillé en cas de symptômes.

  • Les symptômes du diabète de type 2

Les symptômes du diabète de type 2, sont très similaires à ceux du type 1, mais restent tout de même moins intenses : de la fatigue, des envies d’uriner plus fréquentes, une augmentation de la soif et de la faim, des démangeaisons au niveau des organes génitaux, une cicatrisation plus lente, une sécheresse des yeux et des infections plus fréquentes (infections urinaires, mycoses, etc.).

Le diabète de type 1, tout comme le diabète de type 2, peut être découvert lors d’une série d’analyses médicales ou suite à un problème de santé. Voici quelques exemples parmi tant d’autres : troubles visuels, coma, douleurs musculaires, pathologie cardio-vasculaire …

Comment le contrôler

Pour le diabète de type 1, l’unique traitement disponible, puisque le corps ne produit plus d’insuline, est l’apport d’insuline direct. Ceci peut se trouver sous deux formes : la première,  une injection d’insuline grâce à une seringue ou un stylo insuline, la deuxième, grâce à une pompe à insuline, traitement portable ou implantable qui distribue de l’insuline en continu.

Pour ce qu’il en est du diabète de type 2, il est généralement traité par des mesures hygiéno-diététiques. Il y a aussi des traitements antidiabétiques oraux et/ou injectables, mais l’efficacité de ceux-ci repose sur une alimentation équilibrée et une bonne activité physique. Le diabète type 2 est une maladie évolutive, dans le cas où les antidiabétiques ne fonctionnent pas ou on remarque une augmentation trop rapide du diabète, des injections d’insulines peuvent être proposées pour combler une carence d’insuline trop importante.

Comment l’éviter

Comme pour tout, la meilleure façon d’éviter le diabète (principalement celui de type 2) est d’avoir une alimentation équilibrée, ainsi qu’une bonne activité physique. Malheureusement, il n’y pas que ça, le diabète se trouve être en parti héréditaire.

Pour le diabète de type 1, il y a 8 % de chance d’hérédité si le père est diabétique et 4 % si c’est la mère. Si les deux parents sont diabétiques, il y a 30 % de chance de risque de transmission aux générations qui suivent. Quant au diabète de type 2, si l’un des deux parents est diabétique le risque est de 40 %, si en revanche, les deux parents sont atteints le risque s’étend à 70 % de passation.

Le diabète en quelques chiffres

Le diabète touche environ 3,3 MILLIONS de personnes en FRANCE.
En FRANCE il y a environ 400 NOUVEAUX CAS par JOUR.
58 MILLIONS
de personnes atteintes du diabète en EUROPE.
463 MILLIONS
de personnes atteintes du diabète dans le MONDE.